Blogue


cholestérol

10 questions à propos du cholestérol

Nutrition
28 avril 2017

1. Qu’est-ce que le cholestérol ?

Indispensable au fonctionnement du corps, le cholestérol est une graisse fabriquée aux deux tiers par le foie et apportée pour un tiers par l’alimentation. Présent dans la paroi des cellules, le cholestérol leur donne souplesse et force. Il assure également leur protection face aux agressions extérieures. Pour atteindre les différents organes, le cholestérol utilise des transporteurs qui lui permettent de circuler dans le sang. Les HDL (High Density Lipoproteins), connu sous le nom de « bon cholestérol », récupèrent le cholestérol en excès et le ramènent au foie où il est transformé avant d’être éliminé. Les LDL (Low Density Lipoproteins), transportent le cholestérol du foie vers toutes les cellules. Quand les LDL fonctionnent mal ou sont en excès, le taux de cholestérol dans le sang augmente. Le cholestérol s’accumule et forme des plaques qui peu à peu bouchent les artères. C’est pourquoi le LDL est surnommé le « mauvais cholestérol ».

2. Pourquoi le cholestérol augmente-t-il ?

Les mauvaises habitudes alimentaires en premier lieu (excès d’acides gras saturés notamment), mais aussi le stress, les prédispositions génétiques, certaines maladies (maladies rénales, hypothyroïdie), la prise de certains médicaments favorisent l’augmentation du taux de cholestérol dans le sang. En outre le tabagisme, la consommation d’alcool, l’hypertension, le diabète, le surpoids, la sédentarité sont des facteurs qui, associés à l’excès de cholestérol, augmentent de façon exponentielle les risques cardiovasculaires.

 

3. L’excès de cholestérol est-il lié au poids ?

Cholestérol et poids peuvent être liés. La surcharge pondérale qui se loge de préférence dans les parties hautes du corps (cou, ceinture scapulaire, abdomen) s’accompagne très souvent de nombreuses anomalies : hypertension, diabète de type 2, augmentation des triglycérides et hypercholestérolémie. Une perte de poids même modérée améliore la santé des personnes dont l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à la normale.

 

4. Les aliments gras sont-ils à bannir définitivement ?

Pour réduire son taux de cholestérol, il n’y a pas de mystère il faut d’abord changer ses habitudes alimentaires. Tous les aliments gras ne sont pas à proscrire. Il faut éviter les apports excessifs en graisses saturées et privilégier les apports de matières grasses dites « insaturées » dans l’alimentation.

 

5. Qu’appelle-t-on généralement « bonnes » graisses ?

Il faut d’abord savoir qu’il n’y a pas de « bonnes » ou « mauvaises graisses » en soi, puisque ce sont les quantités excessives ou insuffisantes ingérées qui peuvent avoir des conséquences préjudiciables pour l’organisme.

Les acides gras insaturés, dits « bonnes graisses », sont surtout présents dans les huiles, les oléagineux et les poissons.

Les oméga 3 sont d’actualité car notre alimentation moderne en manque cruellement : ces acides gras insaturés participent au bon fonctionnement du système cardiovasculaire. On les trouve uniquement dans les aliments (ils ne sont pas produits par notre organisme) et particulièrement dans les poissons gras et les huiles de colza, noix et soja.

D’autres acides gras insaturés (oméga 6, oméga 9) sont bénéfiques : les oméga 6 par exemple, sont présents notamment dans les huiles de tournesol, soja ou maïs.

Pour un bon équilibre alimentaire, les nutritionnistes préconisent d’apporter ces acides gras insaturés oméga 6 et oméga 3 en quantités équilibrées dans notre alimentation (recommandation : rapport oméga 6/ oméga 3 proche de 5).

Aujourd’hui les apports en oméga 3 sont insuffisants pour atteindre cet équilibre.

 

6. Quel est l’intérêt des légumes et des fruits dans un régime anti-cholestérol ?

Pauvres en matières grasses et en calories, les fruits et les légumes rassasient tout en apportant des micronutriments – vitamines, minéraux, oligo-éléments, fibres – essentiels à l’organisme. Ils contiennent notamment des antioxydants, qui préviennent l’oxydation du cholestérol et évitent la formation de plaques dans les artères. Associée à une diminution des graisses saturées, la consommation de fruits et de légumes protège la santé cardio-vasculaire.

 

7. Les régimes anti-cholestérol ne sont-ils pas un peu monotones ?

Régime anti-cholestérol ne rime pas avec monotonie. Il s’agit essentiellement de rectifier quelques erreurs nutritionnelles et d’adopter de nouvelles habitudes alimentaires. Il faut limiter l’excès d’aliments riches en graisses saturées et augmenter sa consommation de légumes, de céréales, de fruits. Cela implique une consommation modérée de plats cuisinés, achetés en supermarchés.

 

8. Comment satisfaire mon envie de fromage ?

Si vous avez des soucis de surpoids ou d’hypercholestérolémie, réduisez les quantités et/ou la fréquence de consommation, en ne dépassant pas 30 g par jour, par exemple. Choisissez aussi de préférence des produits allégés et apprenez à lire attentivement les étiquettes (moins de graisses saturées, de cholestérol, plus d’acides gras insaturés ou essentiels).

 

9. Les régimes anti-cholestérol sont-ils efficaces ?

Les mesures diététiques ont un réel impact sur la santé. Un régime bien suivi permet d’abaisser jusqu’à 8 % le taux de cholestérol-LDL 2.

Ce type de régime est basé avant tout sur la diminution des acides gras saturés de l’alimentation au profit des acides gras poly-insaturés et par ailleurs sur une augmentation de la consommation de fruits de légumes, de céréales (complètes de préférence) et de l’activité physique.

 

10. Si l’alimentation ne suffit pas, qu’est ce que nous pouvons faire de plus ?

a) S’assurer de réduire le stress. Le stress provoque la sécrétion d’adrénaline, une substance très puissante qui peut devenir néfaste à une haute concentration, entre autres, pour le foie. Donc, la personne stressée, engorge elle-même son foie, le rendant moins efficace à l’élimination du cholestérol.

b) Un nettoyage périodique est recommandé pour le bon fonctionnement de tout notre organisme. Le programme de remise en forme « DetoxiFit » est fortement suggéré 1 fois l’an. Ce programme permet, entre autres, à aider au contrôle de poids, favoriser la santé des voies urinaires, favoriser la digestion, stimule la sécrétion de la bile, aide grandement aux fonctions du foie. Pour en savoir plus sur ce produit, cliquez ici.

c) Prendre un supplément d’une bonne source d’acides gras essentiels, tel que AGL+. Pour en savoir plus sur ce produit, cliquez ici.

d) Consommer plus d’ail dans l’alimentation ou ajouter un supplément. Selon des recherches conduites au Collège Médical de Tagore en Indes, l’ail permet de réduire le taux de cholestérol. Les individus recevant le supplément d’ail avaient le taux de cholestérol, après l’expérience, de 20% inférieur. On a également remarqué une baisse du taux des triglycérides dans les mêmes proportion. La vitamine C est aussi très bénéfique.

e) Faire de l’exercice physique. A long terme, il ne fait aucun doute que l’exercice physique entraîne une diminution du taux de cholestérol. L’exercice donc doublement utile, abaisse le cholestérol total et le rend moins susceptible de se déposer dans les artères.

 

1. Source Cerin
2. Jenkins et al. JAMA 2003

Partager cet article
Retour au blogue
Live Chat Software